Le Maurras Game

Le fleuret de la nation française est de retour!
Et puis si t’es pas content, sache que ça peut se négocier au sabre.
Ici, c’est l’esprit qu’on affûte.

Quand la classe moyenne se fait l’ennemi du bien, le salut est réputé venir d’en haut.

C’est un honneur pour moi de vous présenter ce concept vieux comme 2015 (l’année où je l’ai développé) et qui n’a cessé de prendre de l’ampleur, malgré le silence des médiocres…
J’ai nommé l’alliance du renversement de l’intelligence par la connerie avec celui de la connerie par le renversement de l’intelligence… le Maurras Game.
Qui est un oxymore, grosso modo une fusion entre la définition même de l’intelligence et celle de la stupidité: quand Mars s’allie à Pluton. Car aussi bien foutus que vous l’êtes sûrement, vous n’en êtes pas moins le pion d’une simulation adaptée à vos désirs.
Donc, vous attendez le messie, et vous espérez qu’il soit votre enfant pour qu’il vous sorte de là en se réalisant mieux que vous ne l’avez pas fait.
Mais n’allons pas trop loin dans le symbole. Contentons nous juste d’appliquer bêtement ET intelligemment la magie suivante: ne faire qu’un du génie et de l’idiot, c’est séduire les masses. Et séduire les masses, même si ça déplaît à quelques individus comme beaucoup d’entre nous qui ont clairement mieux à faire, c’est aussi une très belle façon de se faire entendre en s’amusant, à l’ère du numérique, où il ne fait pas très bon parler de soi, mais où tout le monde se prend en selfie, ce qui nullifie la totalité de vos pensées, actes et gestes. Êtes-vous prêts à abandonner votre orgueil?
Parfois, vous avez envie de succomber au nihilisme ambiant qui règne, et réduits en esclavage par vos pulsions de mort, que vous confondez avec vos besoins vitaux, vous ne pouvez dire non à quoi que ce soit, tout en disant oui à tout; quid de votre Eros ou de votre Thanatos allez-vous écouter?
Aucun des deux? Les deux à la fois? Bonne réponse.

Alors aujourd’hui, je vais vous montrer comment séduire, et générer une foule d’adorateurs, qu’ils vous aiment ou qu’il vous haïssent, le ciel n’en a que faire, c’est bonnet blanc et blanc bonnet, comme dirait Martin.

Et pour cela, je me baserai sur un meme. Plus précisément Charles Maurras, grand séducteur de ces dames (aujourd’hui, on dira un oppresseur de drouaaate) qu’on ne présente plus, et qui est sûrement derrière notre Constitution, et une rose sensuelle et très socialiste sur un fond wave aux tons froids, mornes et obscurs. Rassurez vous, vous n’êtes pas le grand Charles (et surprise: ce n’est pas De Gaulle non plus), je ne suis pas le grand Charles, même si nous avons des ancêtres communs, ce qui aide quand on se croit sauveur comme Sarkozy et Al Gore, non non non. Vous n’êtes pas non plus encore morts.
Vous êtes un apprenti séducteur qui veut atteindre l’immortalité en brisant des cœurs et en se gavant d’âmes au petit-déj’, car vous n’en avez pas.
Mais comme vous êtes un fin gourmet, vous n’obtenez ni l’un ni l’autre, car vos conquêtes sont aussi vides et exemptes de quoi que ce soit que vous.
N’ayez crainte, voici comment faire:

– Ce qui compte, ce n’est pas le résultat. En lisant cette phrase, je prends conscience qu’elle n’a pas de fin, car je la recommence depuis le début. Ainsi fait, je me concentre sur le procédé, et seulement le procédé. Je mets mon intelligence au service de mon imagination, et je mets mon imagination au service de mon intelligence. Quand je penche vers l’un de ces deux extrêmes, je m’équilibre avec l’autre. Et je joue avec mon reflet, en toute absence d’âme et confiance. La seule règle est le consentement. Nuire n’est pas un obstacle. Il n’y a ni victoire ni défaite. C’est seulement un jeu. Qu’importe qui je suis. Je ne suis personne. Qu’importe ce que je dis, ça n’a de sens que si je le veux. Qu’importe ce que je fais, ça n’a aucune importance ni pour moi ni pour l’autre. Il n’y a pas de moi, et il n’y a pas d’autre. Alors nous expérimenterons l’amour parfait, qui est la fusion de toi, de moi, et de tous ceux qui n’existent pas.

Ce paragraphe sera votre fil conducteur, je vais donc le colorer.
Ce faisant, vous aurez accès à votre propre simulation, de la même manière que vous vous créez votre profil sur une application de rencontres, chargé de vous représenter au mieux, ou au pire, c’est selon.
Sachez que votre pouvoir est, en conséquence, globalement infini.
Comment ça, j’ai l’air fou?
Non, je suis juste impopulaire. Mais dans ce cas, tu n’as qu’à regarder le second épisode de la saison 4 de Rick et Morty, le script dit la même chose que moi avant de l’avoir vu sauf que là ça te parle. Normal, tu es sensible à la mode, n’est-ce pas?
Sauf que si tu te noies dedans, tu ne peux pas la créer, et pour suivre le courant, tu ne dois pas faire du surplace. Que tu sois un meneur ou un mouton, te voilà dans le caca.
Alors prends le contrôle de ta propre simulation et arrête de te trouver des excuses pour être un mollusque fini à la pisse, joue au Maurras Game, et développe toi en régressant mentalement, c’est à dire en l’incarnant le mollusque, là un mollusque tu resteras, mais cool, tu deviendras. JCVD est un Jedi, comme Jedi Casuel Van Damme.
Comme cette petite référence à Star Wars, que tu dois aimer parce que tout le monde aime Star Wars, wait’, je n’aime pas ça, mais je n’ai aucun scrupule à te dire que si j’aime ça, et je fais bien, d’ailleurs, car sinon, tu vas faire comme cette personne qui m’a vu trois fois et qui va me dire que je n’ai encore rien vu, que je n’y connais rien et que je suis un néophyte.

D’accord, j’ai un peu la rancune tenace.
Passons à la suite, comment dit-on déjà … ?

Euh… BESLA putain!
Oui voilà, BESLA!

A ce stade, je suppose qu’il va te falloir une illustration …

Tu vois, ça c’est un meme. Plus personne ne croit en Dieu, c’est démodé. Par contre les nouveaux prophètes de notre temps, les memelords, qui se croient Dieu, eux ils pullulent …
L’élite noire des trolls ou la bienséance?
Eh bien, pourquoi pas les deux?

Je vais te donner à titre personnel quelques extraits de mes games à moi.
Tu vas pouvoir suivre une partie de mes exploits en matière de caméra cachée, à la François l’Embrouille Par SMS, même si tu verras qu’en l’occurrence, la caméra cachée est un téléphone, et que c’est Big Brother qui me filme. Ce qui ne fait aucune différence si tu as compris mon principe de simulation active.
Tu vas te créer un univers différent à chaque entretien, le but du jeu étant d’amener ton interlocuteur à se dévoiler et d’en tirer partie pour en venir à lui faire croire que ça vient de lui, auquel cas, puisqu’il n’aspire qu’à se trouver un clone de lui-même comme faire-valoir, il te relancera.
On pense bien souvent à devenir le miroir de l’autre pour l’attirer dans nos filets, mais sache que je t’encourage aussi à faire l’inverse si tu veux tirer ton épingle du game.
S’il te plaît, ne fais rien d’illégal, je ne veux pas en être tenu responsable.
Sois juste inventif, et ne te prends jamais au sérieux, sauf si c’est précisément l’image que tu veux donner. De la même façon que tu t’y prendrais pour une leçon de conduite simulée, tu dois te répéter indéfiniment le fil conducteur, ce paragraphe que j’ai surligné plus haut.

Cela t’aidera, à comprendre que si ton interlocuteur a un problème avec toi, ce sont ses propres croyances qui le font agir comme tel, alors tu n’es pas responsable de ses interprétations, et tu ne souffriras pas du rejet d’un type interchangeable qui a voulu exercer sa domination sur toi, qu’elle soit individuelle ou collective.
Et ce et surtout quand il diffame.
Et même si tu as un problème, tu auras un idiot pour t’adorer si tu parviens à lui faire croire que tu vis ta simulation, d’où cette idée de simulation active, laissez les débiles passifs vivre leur vie de merde, vous n’êtes pas Saint-Domingue, le love c’est pas vendre du rêve c’est du rêve, par Jean-Michel Coach.

Je suis un connard? Oui, mais je bande mou (cette rumeur est fausse, je me fous de ta gueule et je te paye un kebab si tu la répands, par contre je suis frigide, et ça c’est vrai), et toi tu simules au lit, non (ça aussi je vais le répandre, sûr que c’est vrai) ?
Alors pas plus que toi…

Sache que je conserve strictement tous mes échanges afin de les prospecter à la moelle. Le moindre mot est choisi, peu importe l’état dans lequel je suis au moment de son écriture.
Vous ne devez pas écouter ceux qui ont de l’expérience et les prendre pour modèle, leur vouer un culte, etc. C’est contraire à l’esprit du Maurras Game, où vous êtes votre propre mentor, et agissez en tant qu’entité aux motivations parfaitement plastiques, plates, robotiques, mais souples, parce qu’il faut vivre son temps.
Et donc, vous êtes flexibles.
Si vous vous contredisez dans votre discours, changez de point de vue, puis changez d’objectif.
A partir du moment où vous avez choisi d’accepter de jouer à ce jeu, vous êtes idiots, mais votre partenaire de jeu l’est aussi, et surprise, il l’est probablement encore plus.
Si vous avez des idéaux qui plaisent, exprimez-les, romancez les. Si non, prétendez-les avoir. Quelle importance? Personne ne vous accordera assez de temps pour faire tout l’inventaire de ce que vous n’êtes pas, auriez pu être, seriez peut-être… BLABLABLA!

Jaune et Bleu c’est moi. Un cas typique d’inversion des rôles. Vous allez courroucer n’importe quelle princesse avec ça, encore plus si vous lui rappelez qu’elle est censée œuvrer pour l’égalité des sexes à moins d’être encore plus plastique que vous. Je sais pas vous mais moi ça me rappelle le « GLUCOSE! » des Inconnus dans leur sketch new wave, là.
Ah ben, on n’arrête pas le progrès s’il est à sens unique c’est sûr … par contre, quand il part dans tous les sens, là ça devient radical, et c’est pas bien!
Toujours montrer aux gens ce qu’ils sont, surtout quand ils s’y croient qu’ils sont!
J’vais pas vous faire un dessin…
Bon, vous aurez deviné que c’est un sarcasme de sa part. Ce n’est pas parce que je joue la comédie que je prends mes lecteurs/lectrices pour des glands et des cons.
Oui, j’aime genrer mes insultes.

Hhhhhhhhhhhh LN…
Alors là vous vous dites: bon ben c’est pas très efficace ton truc…
Certes, mais là vous regardez la saison 1 et elle date de 2018.
Même dans cette année où j’étais, osons le dire, plus imbuvable que créatif en vu de mes motivations personnelles, qui n’avaient pour but que de comprendre le fond de la pensée des cobayes humains, en les poussant à bout car ce sont les petits détails qui m’intéressent (et qui ne remontent à la surface qu’avec le ressentiment), pas le couvercle de la poubelle donc, le FOND VOUS DIS-JE, eh bien … je mens.

Vous êtes curieux de voir la suite ou vous avez déjà décroché? Vous vous demandez pourquoi un coup je vouvoie, un coup je tutoie? Non? Eh bien maintenant si? Pourquoi je parle en registre familier, puis en langage courant? Non? Eh bien maintenant si?

Fanart] - Had to draw Doppio and Kira, two awesome weirdos :  StardustCrusaders

Je vous livre un game, tout frais de quelque semaines, que je vais commenter, retenez votre souffle.

Si vous connaissez la personne, l’astuce numéro un consiste à lui faire se remémorer, consciemment ou non, un souvenir de vous deux. Ici, c’était une joute alcoolisée.
Un peu d’ironie, c’est comme cette chanson des Foals qui fait « un peu… d’air sur la Terre air sur la air sur la air sur la Terre »
Autrement dit, lâchez ça une fois, deux fois maximum, et soyez légers. Puis doublez moi ça d’une bonne hyperbole des familles, ne fonctionne que si la personne sait lire par contre. Ça vous donnera un genre expansif, donc ouvert, ce qui est bien pour les interlocuteurs un peu yang/actifs/tournés vers l’extérieur. Ensuite, multipliez les références culturelles de bac à sable (ne faites pas comme moi au début, oubliez les neutrinos) pour que ça ne fasse pas trop vieux con et n’hésitez pas à vous y représenter avec elle. Techniquement, si elle n’a pas trop la f(l)emme, et qu’elle n’est pas née à Jersey ou à Monaco, elle visualisera vos conneries.
Elle a la gnaque, ce qui est un cas très (trop) peu fréquent. Simulons un rapport de force qui a l’air réel sans être vrai. Puisque j’ai débuté par un « Gringo », jouons-là western. De toute façon, ça va avec ma photo la gauloise au bec.
Petite référence Disney alors qu’il n’y a rien que j’exècre plus suivi d’un effet de prince charmant au rabais digne d’un mauvais Snap, mais ponctué de quelques vérités, ici j’expose mes désirs. D’où sa question, qui est un peu une façon chiante de me demander pourquoi elle.
Alors là, colossal arriviste, j’utilise la stratégie de l’idéaliste aveugle qui se prend pour un conquérant avant de réaliser qu’il vit dans un monde de bobos et qu’il ferait mieux de retourner très vite sa veste avant de passer pour un énorme réactionnaire du slip’ parce que là, je n’aurais pas pu faire plus années 50 et j’avais Scorsese dans la tête en plus quand j’ai écrit ça c’est dire.
Pas facho, mais un grand fan de Robert de Niro, d’accord?
Là, j’ai l’impression qu’elle a pris mon discours de hippie au sérieux, alors que j’avais mis un gif de Gargamel pour contraster avec le message. C’était pourtant un signal clair que je ne politise pas la conversation, d’ailleurs politiser l’amour, pire chose à faire, ne tombez jamais dans ce piège, sauf une fois mariés!
Encore ce délire western ponctuée de réflexions sur l’entente au quotidien cachées derrière des sous-entendus enjôleurs, ce qui donne une apparence de pseudo dur à cuire au cœur grand comme, euh, finissez-moi cette phrase. Avec qui on ne peut que se projeter quand on aiiiimeuh la viiie
Ah ben tiens, c’est gagné!

Voilà comment on obtient un numéro en moins de 24 heures…
Et si vous êtes fins observateurs, je dirais que le fait de s’être déjà rencontrés auparavant a biaisé la statistique, car ne se souvenant pas de moi, elle m’a quand même retrouvé …
Le hasard? Haussement d’épaules.
Une histoire magnifique, eurent beaucoup d’enfants? Non, j’ai refait un sarcasme.

Ça a mal (Sa)tourné.
Flûte alors! Allez, en route mauvaise troupe, un Mars, et ça repart!

Vous avez eu le commentaire au cas par cas.
Un autre game annexe,
Puis,
Analyse globale des rapports homme-femme dans ce magnifique contexte franco-français satiné de soft power américain débile qui consiste à transposer la lutte des classes en lutte des sexes et ni vu ni connu c’est de la merde, tout le monde devient con, heureux sont les asexuels et les robots, c’est c’est c’est LE MARXISME CULTUREL…

MAURRAS GAME ET MARXISME CULTUREL
Et en fin de compte, n’oubliez pas …

« Gnagnagna mais il a le Sheitan ce N, il a dit dans le machin surligné que c’était pas le résultat qui compte mais le procédé, et maintenant il nous remet son vieux gag avec Tesla! »
Alors oui, parce qu’en l’occurrence, si tu as suivi son conseil, tu vas avoir des enfants… Parlant d’enfants… Tu as vu les prénoms de ceux d’Elon Musk, digne réincarnation de Tesla? Non?
Eh bien, jettes-y un œil, c’est un coup à devenir stérile…
Ouais ouais nan mais tu vois, c’est pas du tout une photo à l’arrache devant un kebab tu vois… cet été j’étais à Vancouver, vraiment un truc de malade, la poutine tout ça, ils mettent des lunettes de soleil toute l’année c’est vraiment trop ouf, j’ai fumé de ces spliffs, pouloulou, bon Nadine on se fait un petit Starbucks? Après j’ai brainstorming chez Nestlé, je dois être à l’heure c’est le manager qui offre la manucure!

N.

Une réflexion sur “Le Maurras Game

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s